Villa Cavrois - "Robert Mallet-Stevens et ses photographes - Collection Jean-Louis Cohen" - 5 juin - 1er septembre

Publié le 29.05.2018
Manifeste architectural, la Villa Cavrois est l’œuvre emblématique de l'architecte Robert Mallet-Stevens, figure du courant moderniste.

Les photographies de la collection Jean-Louis Cohen sont d’autant plus précieuses qu’elles constituent la seule trace des archives de l’agence de Robert Mallet-Stevens. Elles représentent des architectures qui ont parfois disparu et qu’aucun autre document ne peut figurer, des formes transformées et devenues méconnaissables ou des intérieurs peuplés de leurs objets du quotidien. L’examen attentif de ces images apporte son lot d’informations, de connaissances et d’interrogations au sujet des réalisations de Mallet-Stevens : l’architecture achevée ou en chantier, un détail, un appareil d’éclairage, une transformation matérielle ou une silhouette inconnue. En outre, la collection comprend des images peu montrées ou peu publiées, relevant par exemple des débuts de la carrière de Mallet-Stevens qui n’est connue qu’au travers de très rares documents.

Ces photographies révèlent toute la gamme des représentations de l’architecture, des plus prosaïques aux plus artistiques : épreuves de presse destinées aux publications, images de chantiers, références au sein de l’atelier de Mallet-Stevens et à destination de collaborateurs, photos de maquettes ou des édifices à leur achèvement… On peut donc non seulement déceler, au fil de ces images, toutes les facettes et les genres des représentations photographiques de l’architecture mais on peut également y lire les choix de l’architecte, les réalisations qu’il souhaitait diffuser ou les modifications qu’il voulait y apporter.

L’exposition a vocation à montrer toutes les qualités, la diversité et l’amplitude chronologique de ce fonds photographique. Les espaces de la villa Cavrois jouent un rôle dans le choix qui a été opéré : il ne s’agit pas seulement de montrer une collection de photos dans un lieu conçu par l’architecte mais aussi de tirer parti de la proximité des espaces, des textures, de la lumière et de l’histoire de la villa avec les représentations des autres réalisations de Mallet-Stevens. Le spectateur, en passant d’une image à une autre, peut par exemple construire le récit tangible ou imaginaire de la rencontre de Paul Cavrois avec Robert Mallet-Stevens à l’Exposition des Arts décoratifs de 1925, de sa visite dans les bureaux de l’architecte et dans la rue qui porte son nom. Le spectateur attentif pourra lire les liens directs ou indirects entre les images et les lieux qu’il visite : les similitudes entre certaines photographies et les espaces de la villa, les détails communs ou les dessins différents, les réalisations associées à la villa en raison de leur proximité chronologique, géographique, sociale ou familiale.