Première édition du Prix "Osez le musée - Musées du XXI e siècle"

Publié le 20.06.2018
La première édition du prix "Osez le musée" s'achève avec la cérémonie de remise de prix le 27 juin 2018.
© LouvreLens

La création du prix Osez le musée figure parmi les mesures proposées par la mission Musées du XXI e siècle dans son rapport intitulé Inventer des musées pour demain et présenté au ministère de la Culture en mars 2017. Ce prix distingue des musées faisant preuve d’une politique d’ensemble volontariste, novatrice et durable en direction des personnes en situation d’exclusion ou de vulnérabilité sociale et économique et en réel partenariat avec les relais du champ social. Le prix Osez le musée vise à encourager et soutenir les musées engagés dans une démarche collaborative et inclusive, et qui privilégient dans la durée un mode opératoire de coproduction avec les associations, leurs relais et leurs publics. Doté de 50 000 euros, le prix Osez le musée est décerné par un jury composé des associations nationales de solidarité : ATD Quart-Monde, le Secours Populaire, la CIMADE, la Fédération des acteurs de la solidarité, Emmaüs Solidarité, ainsi que le Commissariat général à l’égalité des territoires.

Pour sa première édition, le prix Osez le musée a suscité un réel intérêt. Les candidatures reçues représentent la grande diversité des musées en France. Elles témoignent du dynamisme des régions dans les politiques de médiation visant à inclure une diversité de publics et produire des offres innovantes pour les publics les plus éloignés d’un point de vue social et symbolique. Les dossiers présentés tendent également à démontrer que la reconnaissance des droits culturels de toutes et de tous devient un objectif central des projets scientifiques et culturels et de la programmation des musées sur l’ensemble du territoire. Le prix Osez le musée s’inscrit dans un ensemble de mesures et d’actions résultant de la mission Musées du XXIe siècle, parmi lesquelles : la création du label Le musée sort de ses murs ou encore l’instauration d’une charte pour l’accueil des groupes scolaires et des publics adolescents. Ce prix fait également parfaitement écho aux dispositifs mis en place par le ministère de la Culture en matière d’éducation artistique et culturelle comme par exemple C’est mon patrimoine ou La
classe, l’œuvre ! Il opère par ailleurs un lien très fort avec le prix Patrimoines pour tous quant aux enjeux de l’accessibilité généralisée aux établissements culturels.

Le prix Osez le musée fait sienne l'ambition partagée par la trentaine d'établissements réunis dans la mission "Vivre ensemble" : favoriser l'accueil des personnes peu familières des institutions culturelles et lutter contre l'exclusion. Il s’inscrit enfin dans l'action résolue du gouvernement et de la ministre de la Culture pour vaincre la ségrégation culturelle sur l'ensemble du territoire et tout particulièrement dans les territoires culturels prioritaires.

Pour sa première édition le prix Osez le musée a enregistré 18 candidatures émanant de 5 régions : Hauts-de-France, Normandie, Grand Est, Auvergne-Rhône-Alpes et Île-de-France.
Le jury qui s’est réuni le 27 novembre 2017 a décerné le palmarès suivant :

1 ers prix ex æquo: Louvre-Lens et Palais des Beaux-Arts de Lille

Dotation : 20 000 euros chacun

Louvre-Lens
Le partenariat avec ATD Quart-Monde et le Secours Populaire permet une action sociale vers les territoires de vie en crise économique et sociale, les zones sensibles, au sein du bassin minier à destination de demandeurs d’emploi mais aussi de demandeurs d’asile, ainsi que pour les bénéficiaires locaux d’ATD Quart-Monde.

Palais des Beaux-Arts de Lille.
Les partenariats avec les Écoles de la 2 e chance de Lille, Roubaix et Armentières, avec les Clubs Jeunes des agences Pôle Emploi de Lille et Roubaix, et avec l’association Formation Culture Prévention de Lille permettent un travail exemplaire avec de jeunes demandeurs d’emploi qui prend la forme d’ateliers de formation pour la réinsertion. Ce modèle a été dupliqué à la Piscine de Roubaix, au Louvre-Lens et au musée Antoine Lécuyer de Saint-Quentin.

2 e prix : Écomusée de Margeride

Dotation: 10 000 euros

L’écomusée de Margeride déploie des efforts importants, notamment en direction des personnes âgées isolées, pour répondre aux réalités sociales difficiles d’un territoire qui figure parmi « les territoires ruraux de développement prioritaire ». Ce travail s’inscrit dans l'élan participatif qui a caractérisé les origines du musée : avec des associations et le Centre social de Saint-Flour, ce sont des ateliers tricot, mais aussi une démarche de collecte de la mémoire auprès des anciens qui permettent de faire du musée un lieu en prise avec la réalité et les besoins du territoire rural en question.

Mentions spéciales : musée du quai Branly - Jacques Chirac et Paris Musées

Le musée du quai Branly - Jacques Chirac
Dès son ouverture en 2006, le musée a noué des partenariats avec des hôpitaux, des centres pénitentiaires et des associations d’insertion de personnes issues de milieux défavorisés : création de visites spécialisées adaptées aux personnes en apprentissage du français, mise en place des « Ateliers nomades » : des œuvres, sorties du musée ont été exposées à Cergy-Pontoise (2013), Clichy-sous-Bois et Montfermeil (2014), Evry (depuis 2016). La Journée des associations, organisée chaque année depuis 2011 un lundi de fermeture, a permis en 2017 d’accueillir 53 structures sociales différentes, encadrant plus de 700 participants, de tous âges et de toutes origines.

Paris Musées
Paris Musées regroupe les quatorze musées de la Ville de Paris. Les démarches des quatorze musées regroupés au sein de Paris Musées touchent 15 000 personnes par an et s’adressent aux personnes en situation de grande exclusion, hébergées dans des centres, en apprentissage du français, aux patients des hôpitaux psychiatriques, aux enfants placés, aux jeunes en insertion professionnelle, ou encore aux détenus. Paris Musées propose notamment un dépôt d’œuvres dans des centres d'hébergement, fac-similés d’œuvres des collections.
Leurs partenariats avec le Samu social de Paris, la protection de l'enfance, la Mission locale de la Ville de Paris, mais aussi avec les principales grandes associations comme Culture du cœur, le Secours Populaire et le Secours Catholique, Aurore ou Emmaüs, témoignent du dynamisme de ce travail de co-construction.